DISTANCES
Quartet de Claude Barthélémy
  photos - vidéos

   
                               
                 
       

ACCUEIL

       
       

       
               
               
 

Patrick Fabert

       
 

Trompette / Bugle

       
               
        Claude Barthélémy
        Guitare / Oud
               
               
               
               
               
               
 

Patrick Fabert

       

Drums / Percussions

       
               
       

Jean-Luc Ponthieux

        Contrebasse / Basse électrique
               
                               
                               

Trompette élégante, vibraphone, guitares acoustiques et électriques, basse, contrebasse, batterie et percussions en tous genres, pour un répertoire très prémédité, axé sur la subtilité harmonique et la consistance mélodique…loin de toute fête à neuneu, Distances est une tentative de jazz moderne européen, nourri d’influences post bop Third Stream autant que d’apports contemporains. dans un raffinement « à la française », ligne claire, silhouette cambrée, pensée incarnée, ardente sérénité. 

Contact :  clazz@eutepe.com 
06 89 957 407 

 
  CLAUDE BARTHÉLÉMY      
       

Né à Saint-Denis le 22 juillet 1956.

A l’écouter parler, on l’entend déjà jouer. Claude Barthélemy va vite, très vite. Tout de suite proclamé guitariste le plus rapide de la planète, à son entrée sur la scène du jazz, le bonhomme est également capable d’une étonnante subtilité sur rythmes lents. Difficile de retracer le portrait de ce caméléon, qui cite aussi bien Django que Steely Dan, Keith Richards que John Coltrane, Cesaria Evora que Pierre Boulez, Couperin qu’Anton Webern… Guitariste marqué par le rhythm'n'blues, compositeur inspiré par le sérialisme, Claude Barthélemy est un musicien qui emprunte ses références et les couleurs de sa musique à une pluralité de sources, savantes ou populaires.

 
 
 
 
 

Photo: Antoine Darnaud

Photo: Antoine Darnaud

Ancien partenaire de Michel Portal, il a obtenu à deux reprises la direction de l’Orchestre national de jazz (de 1989 à 1991 puis de 2002 à 2005), un contexte dans lequel se sont épanouis son écriture fouillée et prolixe et son goût pour les références transversales. Entre héritage distancé, sens du décalage iconoclaste et érudition malicieuse, il propose une œuvre ouverte et éclectique… Il a 14 ans quand il étudie la guitare en autodidacte. A 22 ans partagé entre ses études de mathématiques et sa passion pour la guitare, il s'interroge sur sa carrière à venir et rencontre Michel Portal qui l'engage sans hésiter pour un concert avec H. Texier et A. Romano. Dès lors se succèdent concerts, enregistrements, créations et multiples collaborations avec les plus grands représentants du jazz européen. Il ne cesse de dépasser les bornes où on l'attend, en compagnie d'une foule de musiciens d'horizons variés (Louis Sclavis, Gérard Marais, Elise Caron, Claude Tchamitchian, Bojan Z …).

Photo: Antoine Darnaud

Il croise des compositeurs comme Vinko Globokar, Georges Aperghis, Munir Bachir …Adepte de Bartok et d'Hendrix, Claude Barthélémy écrit une musique inclassable. C'est "…une marmite à sons en ébullition, une chaudière à jazz, prête à réchauffer nos tympans glacés par trop de musiques congelées. Le flamboyant guitariste embra(s)se tous les jazz : jazz parfum blues, … jazz persillé de rock …Mariant habileté, témérité et ludisme, déjouant tous les clichés avec un raffinement picaresque, le jazz est, avec lui, un merveilleux jeu de piste; il sait nous entraîner dans une sorte de manège de la musique moderne où se télescopent les "chansons" d'un jazz joyeusement métissé et où tourbillonnent en toute liberté les musiques du monde les plus vivantes …
 
 
 
Un concert de "Barthé" est toujours un événement à ne manquer sous aucun prétexte.  
     
Pour ce nouveau quartet, Claude Barthélémy fait appel à deux musiciens qu’il connaît bien : le contrebassiste Jean Luc Ponthieux qui l’a suivi dans de nombreux projets dont le fameux trio avec le batteur Manuel Denizet et son premier ONJ (1989/1991) … ainsi que le trompettiste Patrick Fabert qui faisait également partie de son premier ONJ et avec lequel il a réalisé plusieurs créations par ailleurs … Quant au batteur / percussionniste Thierry Bonneaux, rencontré lors d’une création pour grand orchestre de cuivres, c’est un nouvel arrivant dans l’univers Barthélémiesque.
     
 
  PATRICK FABERT
     

 
Né en 1953, Patrick Fabert s’intéresse très tôt au Jazz. Dès sa seizième année il suit pendant deux ans les cours dominicaux d’une des toutes premières école de Jazz créée en France, animés par Roger Guérin, Michel Roques, Claude Ghillot et Kenny Clarke … A l’age de 18 ans il se produit en concert avec le guitariste René Thomas … et débute un peu par hasard en 1973 des études classiques au Conservatoire de Nancy. Il est ensuite admis au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris, dans la classe de Maurice André où il obtient ses 1° prix de trompette, cornet à pistons et musique de chambre et est lauréat des Concours internationaux de Genève et Vercelli.  
 
 
 
En 1979, il est nommé second soliste de l’Orchestre Philharmonique de Radio France et des Concerts Lamoureux. En 1984, il prend un congé sabbatique pour aller se perfectionner au Berklee College of Music de Boston et renouer avec la Musique de Jazz. A son retour de Boston il fonde son premier groupe avec le Batteur Jacques Mahieux, le bassiste Jean Luc Ponthieux et le saxophoniste Jean Marc Padovani. En 1988 il intègre également le Pandémonium de François Jeanneau, aux côtés de Marc Ducret, Philippe Robert, Michel Benita, Andy Emler … En 1989, il démissionne de l’Orchestre de Radio France pour rejoindre l’ONJ de Claude Barthélémy... Depuis 1991, il se produit en tant que soliste free-lance dans les domaines de la musique classique ou contemporaine (notamment au sein de l’ensemble Ars Nova) et participe à de nombreux projets dans le domaine du Jazz (Décaphonie de Mico Nissim, Minotaure Jazz Orchestra de Jean Marc Padovani, Quartet de Sofia Domancich, ARFI, Opéra Jazz de François Méchali ...) Il crée également une soixantaine de pièces originales (commandées à des compositeurs de toutes tendances dont de nombreux musiciens de Jazz: Claude Barthélémy, Serge Adam, François Méchali, Sylvain Kassap, Antoine Hervé, Jean Marie Machado …) avec l’Ensemble de Trompettes de Paris « Eutépé », formation qu’il dirige depuis 35 ans et avec laquelle il a donné des centaines de concerts en France et à l’étranger.

 
 
 

Photo: Antoine Darnaud

 
 
  JEAN - LUC PONTHIEUX
     

 
Jean Luc Ponthieux fait ses débuts professionnels au sein du Trio de Claude Barthélémy en 1981. Il joue ensuite dans de nombreuses formations du Jazz moderne Français ou de « Musiques improvisées », notamment avec Gérard Marais (Big Band de Guitares) , Jean Marc Padovani, Christian Lété, Francis Lockwood, Mimi Lorenzini, Sylvain Kassap… Il fait partie de l’aventure du premier Orchestre National de Jazz (ONJ) de Claude Barthélémy (1989/1991) … Après ces deux ans d’ONJ il crée le Quintet « Double Basse » avec l’accordéoniste Jean Louis Matinier, le saxophoniste Bobby Rangell , le tubiste Michel Godard et le batteur Christian Lété . En 1995 il enregistre ce projet pour le Label HOPI ...  
 
 
 
Il créé ensuite deux Trios, l’un avec JL Matinier et M. Denizet et l’autre avec le guitariste Christian Boni et le batteur Ramon Lopez… En 1998 il produit  « E Pericoloso Sporgesi » projet ferroviaire en duo avec Jean Louis Matinier sur des textes de Jacques Réda… et se produit avec son nouveau quartet « Nord » en compagnie de Jacques Mahieux, et des deux saxophonistes Vincent Mascart et Bobby Rangell… En 1999, il participe activement à deux projets de la compagnie de danse Geneviève Sorin … Il participe ensuite à de nombreux autres projets, notamment le quintet de Jacques Bolognesi, le Trio « Standards » avec le trompettiste Jean Luc Capozzo et le guitariste Rémy Charmasson, le Trio du guitariste Philippe Deschepper, Erythropus Quartet de Pablo Cueco, Le quartet de Gérard Marais ...

 
 
 
 
 
  THIERRY BONNEAUX
     

 
Aussi à l’aise dans le Répertoire classique ou contemporain, le Jazz ou les musique traditionnelles, Thierry Bonneaux est un musicien rare qui maîtrise à la fois la batterie et de nombreux autres instruments de percussion. Il est aussi un formidable improvisateur aux claviers (vibraphone, xylophone ou marimba). Professeur de percussion classique à l’Ecole de Musique de Saint Dizier, ancien élève de Frank Tortillier, il participe à de nombreux projets du Jazz moderne Français : Daniel Goyonne, Antoine Hervé, ZoomTop Orchestra de Bertrand Renaudin, Jean Christophe Cholet … ONJ de Frank Tortillier où il remplace occasionnellement Vincent Limousin …  
 
 
 

 Il est également le percussionniste attitré de l’Ensemble de Trompettes de Paris « eutépé » et est régulièrement sollicité en tant que compositeur ou arrangeur.
 
 
 
 
 
                               
Contact :  clazz@eutepe.com 
 mobile : 06 89 957 407